Interview du Dr SERRA sur la douleur chronique

Interview du Dr SERRA sur la douleur chronique

   (0)

UMEO a interviewé le Dr SERRA : 

Vous êtes Psychiatre et médecin de la douleur, chef de service du centre d’évaluation et de traitement de la douleur (CETD) du CHU Amiens-Picardie. Pouvez-vous nous expliquer les missions d’un CETD ?

C’est en priorité l’évaluation et l’orientation des soins des situations de douleur chronique résistante aux traitements. Mais les Centres CETD, souvent en CHU, assurent aussi des missions d’enseignement, de recherche et d’organisation des soins.

De nos jours, comment conçoit-on la prise en charge de la douleur chronique ?

La Douleur Chronique est définie comme une expérience multidimensionnelle, à la fois sensorielle et psycho-comportementale, qui s’installe progressivement chez un individu donné, avec son histoire et ses circonstances de vie.

La prise en charge est plurimodale et interdisciplinaire. Le traitement plurimodal est le traitement simultané des causes de la douleur, des mécanismes de la douleur, des dimensions sensorielles et comportementales, des conséquences psycho-comportementales et sociales de la douleur. Le traitement interdisciplinaire signifie la collaboration de professionnels qui agissent en complémentarité : médecins, psychologues, infirmiers, kinésithérapeutes notamment.

 

En tant que psychiatre, pensez-vous que votre vision de la douleur est différente de celle des autres médecins algologues ?

Le point de vue est différent, avec un intérêt plus marqué pour les dimensions psychologiques et comportementales. Dans certaines situations, l’expertise d’un Psychiatre est indispensable pour l’évaluation ou le traitement. Mais la conception globale de la douleur est identique, partagée par tous les intervenants selon un modèle bio-psycho-social.

 

 Quelle est la place du psychologue dans la prise en charge de la douleur chronique ?

Il accompagne ou assure la prise en charge psycho-comportementale. Celle-ci s’exerce, selon la formation du Psychologue, sur les dimensions psychologiques et comportementales du patient et de sa douleur. L’accompagnement réalisé par le Psychologue peut s’adresser aux autres acteurs de la Consultation de la Douleur lorsqu’il aide à repérer et à gérer des problèmes psychologiques ou relationnels. Il symbolise même la reconnaissance de la dimension émotionnelle de la douleur. Sa présence dans toute équipe de Consultation de la Douleur est d’ailleurs obligatoire.

Où en sommes-nous de notre compréhension des interactions entre le somatique et le psychologique ? 

La reconnaissance du fait psychologique dans la douleur a déjà été un progrès. Toute douleur entraîne des conséquences psychologiques. De conséquence de la douleur, le psychologique est passé au statut de dimension constitutive de la douleur, avec élargissement d’une psychologie limitée initialement à l’humeur vers une psychologie des comportements et des cognitions, une psychologie de l’apprentissage. Le contexte psychologique, comportemental, existentiel, social de l’individu favorise l’apparition, l’aggravation, l’entretien ou au contraire l’amélioration de la douleur. Les comportements du patient douloureux sont alors évalués et traités selon leurs conséquences sur la qualité de vie de l’individu.

Facebook comments